Ballade Islandaise : Reykjavic – Cercle d’Or – Fludir

Islande Panorama FludirÇa y est, nous sommes le deuxième jour, celui où l’aventure commence!

Première étape, la récupération des 4×4. Puis nous prenons la direction de Thingvellir (þingvellir) Cet endroit est particulier pour les Islandais de par sa connotation historique et géologique. C’est en effet le seul endroit où l’on peut se promener à pied dans le rift qui sépare les deux plaques continentales américaine et européenne, et c’est aussi là que se trouve le plus ancien parlement  du monde. C’est là que l’Alþing (assemblée nationale bisannuelle en charge du pouvoir législatif et judiciaire ) fut fondé en 930.

Ci-contre : Notre 4×4 n’a rien à voir avec celui-ci, mais il est par contre courant de rencontrer de tels monstres conduits par les Islandais qui ont besoin de se rendre dans l’intérieur des terres

 

La route qui part de Reykjavik jusqu’au parc national de þingvellir nous fait passer devant þingvallatn, le plus grand lac d’Islande ( au fond sur la photo ci-dessous).Thingvallavatn lakeCe lac profond de 114m (dont les 12 derniers mètres se situent sous le niveau de la mer), fut créé il y a 12.000 ans par l’effondrement du sol sous l’effet de l’écartement des deux plaques.

Nous arrivons ensuite au parc national de þingvellir (sous la neige et par -6°C). La visite légèrement écourtée ne nous permet pas d’aller voir la chute d’eau Öxarárfoss d’où étaient jetées, sous le temps de la domination Norvégienne, les femmes adultères. D’après le guide, celles qui avaient la chance de remonter à la surface étaient maintenues sous l’eau à l’aide de perches. Ci-dessous la rivière qui provient de la chute d’eau.

C’est juste à coté de ce torrent (rivière) que se trouve le lieu du plus vieux parlement au monde, c’est en cet endroit hautement symbolique que fut déclarée la république d’Islande le 17 juin 1944. C’est également là que depuis 930 se réunissait l’Alþing.Si l’on en croit notre guide ( et il n’y a pas vraiment de raison de ne pas le croire), les chefs de clans se réunissaient là pour rendre la justice et parler de problèmes qui n’avaient pu être traités localement. Certains clans traversaient toute l’Islande pour se rendre en ce lieu. Lors de ces rassemblements on pouvait dénombrer jusqu’à 4.000 personnes sur les lieux. La démonstration de puissance ( les armes étant interdites en ce lieux) se faisait par le nombre de personnes qui avaient pu accompagner le chef de clan ( en effet pour venir avec beaucoup d’hommes, il fallait être riche et puissant pour pouvoir les nourrir durant tout le trajet et la durée du rassemblement qui durait 2 semaines). Le chef le plus puissant présidait, et un homme de loi (celui qui connaissait de mémoire l’ensemble des lois) la récitait depuis le Lögberg ( rocher des lois)

Sur la photo ci-dessus on peut voir la première église construite en Islande pour marquer la soumission du pays au christianisme et l’abandon du culte des idoles païennes.

Cette conversion au christianisme s’est effectuée en l’an mil à l’issue de l’assemblée de printemps. La petite histoire (toujours d’après notre guide) veut qu’ à cette époque où l’Islande commerçait avec la Norvège ( principalement pour assurer l’approvisionnement en billots de bois pour les constructions en dur ), un chef qui était parti en Norvège acheter du Bois, constata à son arrivée que le roi de Norvège avait décrété que tout bateau qui entrait au port ne ressortait que Chrétien. Au bout d’un an le capitaine Islandais accepta de se convertir avec son équipage, et fut mandaté par le roi de Norvège pour christianiser l’Islande. La décision par l’assemblée du christianisme comme unique religion eut pour principale motivation de ne pas exclure économiquement l’Islande des pays scandinaves qui s’étaient tous convertis.

La plaine de þingvellir qui longe la faille tectonique est parsemée de nombreuses fissures remplies d’eau tel celle ci-contre.

Après ce bref moment (pour un site aussi chargé d’histoire), nous reprenons la route toujours sous la neige en direction de Geysir, situé à 115 km au nord-est de Reykjavic.

Située au pied du mont Laugarfjall, Geysir (qui signifie jaillir en islandais) qui a donné son nom au phénomène des geysers  est une zone géothermique se présentant sous la forme de bassins bouillonnants aux eaux turquoises et blanches ( que le temps plus que couvert ne nous permettra pas d’admirer à leur juste valeur). L’accès à Geysir nous fait passer devant les fumerolles (ci-dessous), qui sont autant de sources bouillonnantes.

 

Le grand jeu au pied du geyser, fut de réussir à photographier la bulle qui se forme juste avant l’explosion et le jet d’eau. En effet, juste le temps de l’apercevoir et de penser à prendre la photo, qu’une colonne d’eau et de vapeur s’élève déjà à plus de 25 mètres au dessus de vos têtes.

Geysir Bulle du geyser

 

Geysir Bulle du geyser

 

 

Bon il est évident qu’un jet d’eau et de vapeur blanc sur un ciel nuageux et en plus avec de la neige, ce n’est pas forcément le contraste idéal, mais il faut bien faire avec a météo que l’on a. Heureusement il y a aussi quelques points d’eau chaud ( voir bouillonnant) dont les couleurs plus chaleureuses ressortent un peu mieux.

Islande Geysir

Après cette pause (qui correspondait également à notre pause déjeuner durant laquelle nous avons pu gouter la fameuse soupe Islandaise à base d’agneaux) nous reprenons la route en direction de la chute d’eau de Gullfos (chute d’or). Cette chute d’eau compte parmi les plus belles du pays et du monde, son débit qui atteint les 100 mètres cubes secondes est alimenté par la Hvita (rivière puissante héritée des crues gigantesques survenues à la fin de l’ère glacière.)

 

 

Cette chute constituée de plusieurs strates de basalte et de palagonite se compose de deux paliers de 11 et 21 m et se jette dans un impressionnant canyon

 

Cette chute d’eau maintenant gérée par le gouvernement islandais a également sa petite histoire. Il y a quelques temps des anglais ont voulu acheter le terrain où se situe cette chute pour y construire un barrage hydroélectrique, le propriétaire aurait répondu qu’il ne vendait pas ses amis. Plus tard le gouvernement Islandais reprit à son compte l’idée du barrage, la petite fille de l’homme entreprit alors le voyage à pieds jusqu’à Reykjavic pour empêcher ce projet d’aboutir. Plus tard elle accepta de donner ce terrain au gouvernement à la condition que la cascade demeure et quelle soit visitable par tous.

Et c’est sur cette anecdote que nous reprenons la route en direction de Fludir pour rejoindre notre  hôtel pour la nuit.

Islande sur la route de Fludir

 

Merci aux courageux qui nous ont suivi jusqu’au bout de cet article. Toutes les photos sont disponibles en grand format en cliquant ici.
La photo panoramique du début est également disponible en  pleine résolution en cliquant ici.

Une réflexion au sujet de « Ballade Islandaise : Reykjavic – Cercle d’Or – Fludir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × quatre =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>